Et pourtant ça marche…

automne

C’est possible d’avoir une vie heureuse et sereine, de développer sa créativité artistique, et dans mon cas, de récupérer du temps pour tout cela. Il n’y a pas de miracle (enfin si mais ce n’est pas l’objet de ce post). On n’a rien sans travail, sans persévérance.

Si vous voulez ce que j’ai (j’aime cette phrase dans le préambule des Alcooliques Anonymes), sachez que cela m’a pris de longues années. J’ai participé de façon assidue aux réunions Al-Anon, sans me poser la question de savoir si j’allais aller en réunion ou non. L’habitude est une force. Je lis chaque matin trois pages quotidiennes : le Un jour à la fois des Emotifs Anonymes, Al-Anon le courage de changer et De l’Espoir pour aujourd’hui. Je sais que je dois d’autant plus les lire si je suis débordée et si je n’ai pas le temps, pour que ma journée se présente sous de bons auspices. Ensuite, je pratique une ébauche de prière où j’ai à peine le temps de remercier ma Puissance Supérieure avant que mon esprit ne s’envole vers les tâches de la journée. Parfois, il m’arrive de demander que les difficultés me soient enlevées.

Je suis à l’écoute de mes intuitions qui me dictent ce qui est bon pour moi. Parfois, elles me poussent à travailler mon programme, c’est à dire lire des textes sur les 12 étapes, et prendre du temps pour répondre par écrit aux questions qui sont proposées. Chaque fois, j’y gagne en force et en sérénité.

Publicités

Travailler les étapes

Une amie britannique m’a donné une feuille-guide très utile.

Sur l’une des pages, trois colonnes :

  1. J’ai du ressentiment pour ou J’ai peur de
  2. La cause (une très large colonne)
  3. Ceci affecte (cases à cocher:
  • estime de moi
  • sécurité
  • ambition
  • relations personnelles
  • relations sexuelles
  • fierté/honte
  • (peur)

De l’autre côté une série de questions en rapport avec une étape, je vous laisse trouver laquelle : « Après avoir enlevé de nos esprits les torts que les autres nous ont faits, nous avons résolument cherché nos propres erreurs… Nous avons admis nos torts honnêtement… »

… dans cette situation donnée…

  • Où étais-je égoïste, centré sur moi-même ?
  • Où étais-je malhonnête ?
  • Où étais-je effrayé ?
  • Où étais-je responsable ?
  • Quelles décisions ai-je prises basées sur mon ego qui m’ont causé plus tard de la souffrance ?
  • Où dans mon passé puis-je me rappeler avoir pris ce genre de décision (aussi tôt que possible)

et finalement : Quelle était ma responsabilité ? 

La première fois que j’ai fait ce genre d’inventaire, ça m’a fait une boule au creux de l’estomac, puis cela m’a conduit à un affrontement bénéfique avec un collègue, qui m’a traumatisée pendant une longue semaine…

Il me semble que pratiquer ce genre d’inventaire m’aide dans tous les domaines de ma vie, et particulièrement au travail.