De la relation humaine…

Les vacances incitent à de petites incursions loin du programme (jamais bien loin) et vers… la spiritualité chrétienne ! Ce n’est pas interdit !
Je cite un texte écrit par Pierre-Marie Hoog, un jésuite, dans son livre « Au fil des jours blessés » Hors série 540 de Vie Chrétienne.

Visites
Celui qui ne prend pas peur en te voyant avoir peur
Celui qui ose te laisser pleurer
Celui qui écoute ton récit de malade sans te parler aussitôt de ses bobos à lui
Celui qui te sourit pour te sourire et non pour se rassurer
Celui qui ne te refile pas la bonne adresse du médecin qui a si bien guéri sa belle-soeur, laquelle justement…
Celui qui vient les mains vides, sans avancer ni oranges, ni fleurs, ni chocolats entre toi et ton anxiété
Celui qui fait sienne ta souffrance sans en faire la sienne
Celui qui te parle d’autre chose avec naturel
Celui qui peut se taire
Celui qui sait rester là
Celui qui sent si c’est le moment de s’attarder ou le moment de partir
Celui qui ne se croit pas obligé de te parler de « plus tard quand tu seras guéri… »

La rencontre de la maladie de l’autre n’est qu’un exemple de travail sur l’authenticité des relations humaines.

Et vous, de quelle spiritualité êtes-vous ?

Anniversaire d'un membre de fraternités des douze étapes
Je crois qu’on a tous en soi des attentes spirituelles. Il arrive un moment dans la vie où l’on est prêt pour cette quête.
Après avoir violemment, à l’adolescence, rejeté la religion dans laquelle j’avais été élevée, j’en retrouve seulement le meilleur, la quintessence, dans la spiritualité des Douze Etapes.
En accord avec la 11ème étape, j’ai commencé à améliorer mon contact conscient avec ma Puissance Supérieure, telle que je la conçois. . Elle n’a rien d’un Dieu jaloux et vengeur*, mais est au contraire, infiniment bonne. Je retrouve cette bonté et cet amour chez les beaux bonhommes et les belles bonnes femmes (comme disent les québecquois) rencontrés dans les fraternités des Douze Etapes. Parler vrai avec eux de ce qui me tient à coeur, c’est à dire, de mes sentiments, de mes ressentis, de mes aspirations, de mes angoisses, de ce qui me met mal à l’aise, ou de ce qui me rend heureuse, me procure une immense paix intérieure. Je m’autorise aussi, sans honte ni crainte à m’occuper du bonheur des gens autour de moi, en commençant par moi-même. Je suis devenue accro aux livres de pensées quotidiennes (dont j’ai appris qu’ils sont des livres de méditation), et j’ai appris à remercier, pour les bonnes choses comme pour les épreuves traversées qui me font grandir.
Life is good ! Gracias, muchas gracias !

*L’homme a fait Dieu à son image !