Anonymat et secret

« Nous ne serons plus liés par nos secrets dans la honte. »

De la survie au rétablissement page 248.

Sans doute parce que dans ma famille, on a le goût du secret, cela me convenait bien de rejoindre une fraternité où on en disait le moins possible sur soi-même (pas de nom de famille, je ne parle pas de mon métier, etc…).

Pendant longtemps, j’ai confondu Anonymat et secret.

Je me cachais pour aller en réunion, j’avais peur de rencontrer des voisins ou des collègues. Je ne parlais pas de mon activité à la Maison des Associations. J’ai dit à mes parents et à mes amis que j’appartenais à une association secrète et que je ne pouvais pas leur en dire plus. Je tâchais le plus possible de cacher mes absences lorsque j’allais à des conventions ou congrès. Mon mari m’avait demandé de ne pas dire que j’appartenais à Al-Anon, et je craignais qu’ils se mettent à le détester s’ils apprenaient qu’il était alcoolique. En écrivant je me rends compte que cette peur et cette honte n’ont pas de sens si je remplace alcoolique par malade alcoolique. Moi j’espérais secrètement que ce serait lui qui le dirait, lorsqu’il aurait rejoint les AA ce qui ne s’est pas encore produit à ce jour.

Eh bien oui, un jour j’ai senti que je devais parler d’Al-Anon à mes proches. Je leur ai dit ce que c’était que cette fameuse association secrète : ils tombaient des nues, n’avaient jamais rien remarqué. Leur attitude envers mon mari est toujours aussi aimante, peut-être même davantage. Est ressortie de cette discussion la notion d’une arrière grand-mère alcoolique. Je pense que mes oncles sont alcooliques. Et depuis, je commence à parler d’Al-Anon autour de moi. Une relation : elle est fille d’alcoolique. Mon médecin : il m’écoute, d’ailleurs il est fils d’alcoolique. Mon chef : il a perdu son gendre, alcoolique. Récemment, mes amies me redemandent : « Alors tu ne veux toujours pas nous dire ce que c’est cette association secrète ? » Après une minute de réflexion, je leur réponds et leur réaction c’est : « Mais pourquoi c’était un secret ? ». Aucune d’elles n’a fait le lien avec mon mari qu’elles connaissent. Et l’une d’elle a ajouté que : « Oui, c’est un grave problème ! ». Il faut que je pense à lui donner un petit carton…

Une amie qui parle volontiers d’Al-Anon autour d’elle a l’habitude de conclure : « D’ailleurs, qui ne connaît pas un alcoolique ? »

J’appartiens à Al-Anon parce qu’il y a des malades alcooliques dans mon entourage. Je comprends mieux maintenant pourquoi en réunion, je n’ai pas besoin de préciser lesquels.

 

Publicités

Liste de rétablissement (avancé)

liste rétablissementEn plus de la liste de rétablissement de décembre dernier, voici comme cadeau de fin d’année une nouvelle liste à appliquer chaque matin (c’est ma prescription).

Bon rétablissement, un jour à la fois ! Les idées sont toujours tirées de Melody Beattie (Au delà de la codépendance). Ci-dessous, une version imprimable format A4.

LISTE DE RETABLISSEMENT AVANCE

Comme nous ne serons plus terrifiés

J’ai enfin compris la différence entre la sixième et la septième étape ! Au cours d’une réunion sur la sixième étape, j’ai partagé au groupe un défaut de caractère que je souhaitais conserver. Or, il m’a été enlevé. Par la suite je ne me suis pas rebellée, je n’ai pas cherché à le retrouver, j’ai donc consenti à cet état de fait.

Un an plus tard, je découvre dans une réunion sur la septième étape, qu’il existe peut-être encore d’autres défauts de caractère et que je peux demander humblement à en être débarrassée. C’est alors que ma Puissance Supérieure m’envoie une personne qui questionne mes comportements et à qui je n’ai rien d’autre à opposer que : je crains que…, j’ai peur de…

Depuis cette  prise de conscience, j’ai le sentiment d’être délivré de la peur. Je ne savais pas que c’était un défaut de caractère. Quelle libération ! C’est le plus beau cadeau que le programme m’ait apporté jusqu’ici. Et c’est grâce au service que j’ai pu faire ce progrès fulgurant. Merci Al-Anon.

Atteindre la liberté personnelle

Le livre « Atteindre la liberté personnelle » est formidable, très pratique et même ludique. Il fait très bien comprendre comment puiser la sagesse et les ressources pour soi-même non seulement des 12 Etapes mais aussi des 12 Traditions et des 12 Concepts de Service. Ces deux derniers Héritages ont été toujours compris par moi comme des principes rigides et administratifs de fonctionnement d’une association – Al-Anon. Mais ce livre montre que ces 2 Héritages peuvent aussi très bien servir ma vie quotidienne, au même titre que les 12 Etapes. Du coup le spectre des possibilités d’agir, de thèmes à méditer, s’est élargi pour moi et les 2 héritages ne sont plus étranges, éloignés de la vie de tous les jours, abstraits. Le livre me montre d’une façon très simple et abordable en quoi les 3 héritages peuvent m’être utiles à moi – en tant qu’être-humain dans ma vie quotidienne (et non à moi en tant que membre d’une association avec les règles à respecter). Ca change tout pour moi, car je peux voir maintenant que ces héritages (autrefois étranges et peu compréhensibles), m’habitent et m’aident à me rétablir, sans que j’en soi consciente. Grâce à ce livre la perception d’Al-Anon est devenu pour moi différente et plus complète, car je ne le voie plus comme une structure rigide avec les 12 étapes à respecter, à suivre (comme une religion), mais je vois maintenant Al-Anon comme un organisme vivant, où les 3 héritages s’entremêlent pour m’aider à tisser ma vie, mon parcours, à avancer sur mon chemin. Ce sont de vrais outils vivants pour continuer mon rétablissement. Maintenant je comprends très bien le sous-titre « Vivre les Héritages » 🙂

Eliza

La 7ème étape de Melody Beattie

Il y a des choses à propos de nous-mêmes dont nous devons nous débarrasser ; il y a des choses que nous devons changer. Mais en même temps, ce n’est pas la peine d’être trop désespérés, trop impitoyables, trop combatifs. Sur le chemin du bonheur, de nombreuses choses vont changer d’elles-mêmes et les autres, nous pouvons les travailler au fur et à mesure. La première chose à faire est de reconnaître notre Nature Intérieure et de lui faire confiance, et de ne pas la perdre de vue. Car à l’intérieur du vilain petit canard se trouve le cygne et dans le tigre bondissant se trouve le sauveteur qui connaît le Chemin, et dans chacun de nous se trouve quelque chose de spécial qu’il faut garder. – Benjamin Hoff, The Tao of Pooh

La peur de cette étape, dit Melody Beattie, était que si Dieu enlevait ses défauts de caractère, elle n’était pas sûre qu’il reste quelque chose ensuite.

Les étapes 6 et 7 sont des étapes de transformation.

Voici quelques exercices proposés à la fin du chapitre sur  la 7ème étape de Codependent’s guide to the twelve steps.

  1. Quels sont vos peurs au sujet d’être changé ? Ecrivez-les ou parlez-en à une autre personne.
  2. Comment vous êtes-vous déjà vu changer ? Dans quelle mesure avez-vous besoin de changer ? A quel point avez-vous reçu le pouvoir de le faire ? Réfléchissez sur la nature graduelle et naturelle du changement dans votre vie.
  3. Ecrire des lettres est un de mes outils favoris. Ecrivez une lettre à Dieu tel que vous le concevez. Dans cette lettre, parlez de ce qui vous dérange et de ce que vous voudriez voir changer à votre sujet. Demandez à Dieu de vous aider à changer les choses en vous et dans votre vie qui doivent être changées.
  4. Si vous avez des doutes sur les défauts de caractère sur lesquels travailler maintenant, demandez à Dieu de vous montrer clairement quelles sont les questions dans votre vie qui seraient améliorées si vous travailliez les sixième et septième étapes à leur sujet.
  5. Faites une visualisation créative à votre sujet. Visualisez-vous mentalement tel que vous voudriez devenir. Voyez-vous en train de faire et d’être tout ce que vous voulez faire et être. Puis lâchez prise sur ce sujet. Revenez au moment présent. Affirmez que qui vous êtes est quelqu’un de bien. Affirmez l’acceptation et l’amour de vous-même dans le moment présent.

Que faire après la 5ème étape ?

Pour ceux qui ont décidé que leur rétablissement dépendait d’eux-seuls, et qu’il fallait travailler pour « avoir ce que vous avez et qui semble si bien », Al-Anon propose l’inventaire 4ème étape.  Cela sera suivi par la 5ème étape qui consiste à avouer à nous-mêmes, à notre PS et à un autre être humain la nature exacte de nos torts. Là encore, il faut avoir progressé en humilité pour oser mettre son âme à nu même devant une personne de confiance, mais les résultats sont à la hauteur de l’investissement.

Et après ?

Nous nous dirigeons vers la huitième étape qui fera tellement de bien et mettra un terme à la culpabilité, en nous envoyant faire des amendes honorables à tous ceux que nous avons lésés. Dans ce chemin, il nous faut franchir la 6ème et la 7ème étape.

J’aime beaucoup la façon qu’a Melody Beattie d’aborder ces deux étapes dans Codependent’s Guide to the Twelve Steps.

Elle propose notamment une série de questions à travailler, qui vont prendre la suite de notre inventaire personnel :

1- Quelles sont les croyances, comportements, sentiments, désirs et besoins qui vous posent problème actuellement ? (commencez par affirmer que vous commencez à être prêt à lâcher prise sur ces sujets)

2- En quoi votre vie serait-elle différente si vous croyiez que vous pouvez simplement vous détendre et laisser ce processus appelé rétablissement vous arriver tout seul ?

3- Faites la liste de tout ce que vous voudriez voir changé en ce qui vous concerne. Cela comprend : les choses que vous voudriez cesser de faire, les choses que vous voudriez commencer à faire, et le travail sur votre famille que vous voudriez réaliser, les choses que vous voudriez obtenir. Mettez sur cette liste tout ce que vous voudriez comme faisant partie de votre vie future. Puis mettez cette liste de côté et lâchez-prise sur tout ce qu’elle contient.

4- Croyez-vous qu’il est prudent de faire confiance à une Puissance Supérieure et à ce processus appelé rétablissement ?

L’honnêteté

Je remercie mes parents qui m’ont transmis cette valeur : ne pas voler, ne pas tricher…

Mais grâce à Al-Anon et à son merveilleux programme qui s’applique à tous les domaines de ma vie, je découvre de nouveaux sens à ce mot.

Etre honnête avec moi-même, c’est ne pas me leurrer dans l’attente d’un avenir meilleur, c’est reconnaître ma responsabilité d’être heureuse dès aujourd’hui.

L’honnêteté, c’est le contraire de la manipulation. J’apprends à exprimer mes attentes telles qu’elles sont en toute simplicité, sans chercher la meilleure façon d’arriver à mes fins. C’est ne pas faire du « lobbying » pour gagner d’autres personnes à ma cause, mais accepter de débattre ouvertement.

Enfin, j’apprends à exprimer un désaccord ou un reproche sans avoir peur des réactions de mon interlocuteur à qui j’attribuais auparavant ma sensibilité exacerbée.

Je continuerai à progresser avec l’exemple des « super » amis Al-Anon rencontrés dans le travail de Service, qui me sécurisent en m’écoutant avec bienveillance, et qui m’ont appris deux phrases fort utiles pour communiquer avec fermeté et amour :

« Merci de l’avoir dit » et « Je ne suis pas d’accord ».