Baromètre à émotions

Ce petit outil conçu pour les jeunes m’a longtemps été bien utile pour commencer mes journées, et peut-être apprendre à trier ce que je ressentais dans un fatras de mal-être.

Sur l’autre face, se trouve un outil Al-Anon (Alateen) à mettre en place.

baromètre émotions recto

baromètre émotions verso

Publicités

La codépendance, une question de limites

La question des limites est une des caractéristiques primaires de la codépendance, nous dit Melody Beattie dans « Au delà de la codépendance ». C’est à dire que le codépendant a du mal à définir où il finit et où commence l’autre personne. Par exemple, nous pouvons avoir du mal à définir la différence entre nos sentiments, nos problèmes, notre responsabilité et les sentiments, problèmes, responsabilités de quelqu’un d’autre. Souvent le problème n’est pas que nous prenions la responsabilité pour les autres, mais que nous nous sentons responsables pour eux. Notre capacité à nous définir et à nous distinguer nous-mêmes des autres, est flou. Les frontières qui nous entourent sont floues. Les gens dont les limites sont faibles, semblent « prendre » ou absorber les sentiments des autres, comme une éponge absorbe l’eau.

Ci-dessous un petit cadeau !

liste-de-retablissement2014

Comme nous ne serons plus terrifiés

J’ai enfin compris la différence entre la sixième et la septième étape ! Au cours d’une réunion sur la sixième étape, j’ai partagé au groupe un défaut de caractère que je souhaitais conserver. Or, il m’a été enlevé. Par la suite je ne me suis pas rebellée, je n’ai pas cherché à le retrouver, j’ai donc consenti à cet état de fait.

Un an plus tard, je découvre dans une réunion sur la septième étape, qu’il existe peut-être encore d’autres défauts de caractère et que je peux demander humblement à en être débarrassée. C’est alors que ma Puissance Supérieure m’envoie une personne qui questionne mes comportements et à qui je n’ai rien d’autre à opposer que : je crains que…, j’ai peur de…

Depuis cette  prise de conscience, j’ai le sentiment d’être délivré de la peur. Je ne savais pas que c’était un défaut de caractère. Quelle libération ! C’est le plus beau cadeau que le programme m’ait apporté jusqu’ici. Et c’est grâce au service que j’ai pu faire ce progrès fulgurant. Merci Al-Anon.

Atteindre la liberté personnelle

Le livre « Atteindre la liberté personnelle » est formidable, très pratique et même ludique. Il fait très bien comprendre comment puiser la sagesse et les ressources pour soi-même non seulement des 12 Etapes mais aussi des 12 Traditions et des 12 Concepts de Service. Ces deux derniers Héritages ont été toujours compris par moi comme des principes rigides et administratifs de fonctionnement d’une association – Al-Anon. Mais ce livre montre que ces 2 Héritages peuvent aussi très bien servir ma vie quotidienne, au même titre que les 12 Etapes. Du coup le spectre des possibilités d’agir, de thèmes à méditer, s’est élargi pour moi et les 2 héritages ne sont plus étranges, éloignés de la vie de tous les jours, abstraits. Le livre me montre d’une façon très simple et abordable en quoi les 3 héritages peuvent m’être utiles à moi – en tant qu’être-humain dans ma vie quotidienne (et non à moi en tant que membre d’une association avec les règles à respecter). Ca change tout pour moi, car je peux voir maintenant que ces héritages (autrefois étranges et peu compréhensibles), m’habitent et m’aident à me rétablir, sans que j’en soi consciente. Grâce à ce livre la perception d’Al-Anon est devenu pour moi différente et plus complète, car je ne le voie plus comme une structure rigide avec les 12 étapes à respecter, à suivre (comme une religion), mais je vois maintenant Al-Anon comme un organisme vivant, où les 3 héritages s’entremêlent pour m’aider à tisser ma vie, mon parcours, à avancer sur mon chemin. Ce sont de vrais outils vivants pour continuer mon rétablissement. Maintenant je comprends très bien le sous-titre « Vivre les Héritages » 🙂

Eliza

La 7ème étape de Melody Beattie

Il y a des choses à propos de nous-mêmes dont nous devons nous débarrasser ; il y a des choses que nous devons changer. Mais en même temps, ce n’est pas la peine d’être trop désespérés, trop impitoyables, trop combatifs. Sur le chemin du bonheur, de nombreuses choses vont changer d’elles-mêmes et les autres, nous pouvons les travailler au fur et à mesure. La première chose à faire est de reconnaître notre Nature Intérieure et de lui faire confiance, et de ne pas la perdre de vue. Car à l’intérieur du vilain petit canard se trouve le cygne et dans le tigre bondissant se trouve le sauveteur qui connaît le Chemin, et dans chacun de nous se trouve quelque chose de spécial qu’il faut garder. – Benjamin Hoff, The Tao of Pooh

La peur de cette étape, dit Melody Beattie, était que si Dieu enlevait ses défauts de caractère, elle n’était pas sûre qu’il reste quelque chose ensuite.

Les étapes 6 et 7 sont des étapes de transformation.

Voici quelques exercices proposés à la fin du chapitre sur  la 7ème étape de Codependent’s guide to the twelve steps.

  1. Quels sont vos peurs au sujet d’être changé ? Ecrivez-les ou parlez-en à une autre personne.
  2. Comment vous êtes-vous déjà vu changer ? Dans quelle mesure avez-vous besoin de changer ? A quel point avez-vous reçu le pouvoir de le faire ? Réfléchissez sur la nature graduelle et naturelle du changement dans votre vie.
  3. Ecrire des lettres est un de mes outils favoris. Ecrivez une lettre à Dieu tel que vous le concevez. Dans cette lettre, parlez de ce qui vous dérange et de ce que vous voudriez voir changer à votre sujet. Demandez à Dieu de vous aider à changer les choses en vous et dans votre vie qui doivent être changées.
  4. Si vous avez des doutes sur les défauts de caractère sur lesquels travailler maintenant, demandez à Dieu de vous montrer clairement quelles sont les questions dans votre vie qui seraient améliorées si vous travailliez les sixième et septième étapes à leur sujet.
  5. Faites une visualisation créative à votre sujet. Visualisez-vous mentalement tel que vous voudriez devenir. Voyez-vous en train de faire et d’être tout ce que vous voulez faire et être. Puis lâchez prise sur ce sujet. Revenez au moment présent. Affirmez que qui vous êtes est quelqu’un de bien. Affirmez l’acceptation et l’amour de vous-même dans le moment présent.

La spiritualité

Avant ma rencontre avec les 12 étapes, quelqu’un de spirituel était quelqu’un qui me faisait rire.

Parce que mon groupe Al-Anon était en proie à des conflits de personnalités, il m’a fallu attendre une Convention Alcooliques Anonymes pour découvrir une autre spiritualité : une atmosphère si rare et si particulière de compréhension, d’acceptation, d’amour, de calme et de bien-être, qui permet aux vannes de s’ouvrir et aux larmes salutaires de couler.

Depuis j’associe la spiritualité à ce qui me fait pleurer.

Elle peut m’être offerte par cette personne qui parle si bien des bienfaits qu’Al-Anon lui a apportés, ou je la ressens en voyant cet AA changer au fil du temps, prendre de la force, de la consistance dans le mouvement. Elle peut  être présente dans un silence qui se prolonge sans tension, dans une formule qui me donne la chair de poule, dans la lecture des « douze promesses »*, dans la découverte d’une attitude de prière, dans le bien-être que j’éprouve en fin de réunion. Elle m’est apportée par des amis étrangers dont la présence fait bondir mon cœur du bonheur d’appartenir à une fraternité mondiale, et aussi lorsque je ressens des bouffées d’amour envers des personnes avec qui je ne m’entends pas particulièrement bien, ou lorsqu’un agnostique s’exprime sur la spiritualité.

Finalement, la spiritualité est dans l’acceptation, dans le sentiment que tout est en ordre, dans la prise de conscience des curieux raccourcis que ma Puissance Supérieure place sur mon chemin et dans la gratitude pour son étrange façon d’exaucer mes demandes.

*texte tiré du livre « De la survie au rétablissement, p269 »