Atelier 4ème et 5ème étape

A la demande de nombreux membres, un atelier était organisé à cette convention Alcooliques Anonymes.
La salle était comble.
Les organisateurs expliquèrent que la partie 5ème étape (avouer à un autre être humain) était facultative, qu’elle se ferait en binôme, avec un parrain d’un jour.
Que cette démarche n’est pas anodine, qu’elle provoque des changements, beaucoup d’émotion, et il était conseillé d’éviter toute décision importante prise à la suite de cette journée.
Suivirent des témoignages.
– ne pas tricher, ne pas « entuber » mon interlocuteur, et pour cela choisir un AA (qu’on ne peut flouer comme on le ferait avec un psy ou avec un curé).
– cesser d’intellectualiser, « fermer sa gueule », écouter, mettre les obstacles à leur juste niveau, ni trop haut ni trop bas.
– ne pas oublier les défauts que l’on chérit !
– je n’ai pas fait ma 4ème étape, je l’ai seulement commencée. Ensuite, c’est comme en informatique, il faut faire des mises à jour
Ensuite des documents sont distribués, tout d’abord un tableau d’inventaire, directement inspiré du chapitre 5 du Big Book (Notre méthode).
Inventaire 4ème etape
Après un temps libre pour remplir ce tableau, nouveau temps de partage où des questions peuvent être posées, des précisions données.
Par exemple, il est dit que la 3ème colonne ramène sur soi, évite de faire l’inventaire de l’autre…
Se méfier des fausses culpabilités liées à des abus sexuels, des humiliations…
Signaler qu’il est possible d’avoir des ressentiments avec les institutions.
Préciser que dans cet inventaire, on ne regarde pas ce qui se passe dans la société.
Ensuite, un document détaillé est distribué, c’est le guide de travail de 4ème étape des Narcotiques Anonymes.
Dans la soirée étaient prévus des temps de partage et la possibilité de trouver un parrain d’un jour pour avouer la nature exacte de nos torts.

Al-Anon, comment ça peut marcher ?

De nombreuses personnes arrivent en Al-Anon, cherchant comment provoquer le déclic pour obliger l’alcoolique à se soigner.
Ils espèrent trouver les mots pour le forcer à avouer qu’il boit, et croient que cet aveu aura des effets extraordinaires.
Ils s’indignent que la personne la plus proche de l’alcoolique, ne fasse rien, ils veulent remuer ciel et terre… (c’est ignorer que cette personne a probablement déjà tout tenté !)

Comment Al-Anon peut-il aider en sachant que nous ne proposons pas de solution miracle ?
Que tout ne sera pas réglé en une séance, et qu’il faudra fréquenter le groupe pour longtemps.
Qu’il n’est pas important que l’alcoolique avoue ou pas par des mots sa maladie.
Que le chemin qui mène à la cure et éventuellement à la sobriété peut prendre des années .
Qu’il n’y a même aucune garantie que cela arrive un jour.
Qu’on ne peut rien faire pour l’alcoolique à sa place, et donc que la seule marge de manoeuvre est de se changer soi-même.
Que la cure ne marchera bien que quand l’alcoolique sera prêt.
Que c’est au proche du malade alcoolique de s’avouer qu’il est lui-même terriblement affecté par cette terrible maladie, et qu’il a perdu la maîtrise de sa vie. J’ai entendu plusieurs membres Al-Anon dire qu’Al-Anon leur avait sauvé la vie, qu’ils se perdaient dans la colère, l’activisme, le désespoir…
Que quitter le rôle du sauveteur peut aider l’alcoolique à assumer les conséquences de ses excès, et c’est vrai pour les parents, enfants, conjoints, employeurs… toutes personnes qui réparent, faignent de ne rien voir, permettant ainsi à l’alcoolique de boire en toute tranquillité.
Qu’au lieu d’être interventionniste, il faut se détacher – mais avec amour – du malade. Par exemple enlever de son chemin ce qu’il risque de casser…
Que prendre soin de soi aidera toute la famille à aller mieux. Qu’aller en réunion pour déposer son fardeau, recevoir de l’aide et de l’amitié, c’est s’occuper de soi.
Qu’une Puissance Supérieure peut faire pour nous ce que nous sommes incapables de faire nous-même, y compris protéger le malade.
Que l’on peut vivre heureux, que l’alcoolique boive encore ou non.
Que c’est parfois lorsque la sobriété est enfin trouvée, qu’on a le plus besoin d’Al-Anon.

*je ne dis pas que le déclic ne se produira jamais, certains peuvent – rarement – avoir cette chance