Oser dire bonjour

J’ai longtemps cru que la définition de la codépendance, c’était de m’approcher de ceux qui me déplaisent.
En fait, ce n’est pas cela : j’ai la faculté (chance ? privilège ? défaut de caractère ?) d’être un détecteur de toutes les causes de souffrance : laideur, taille, infirmité, solitude, maladie, tristesse, couleur de peau… L’expérience m’a appris combien il peut être dangereux d’offrir, ne serait-ce qu’un sourire, à un être en grande souffrance. Et en effet, les autres, les normaux, ont appris à ne pas regarder, ne pas fixer, ne pas créer d’interaction dangereuse. Pour ne pas être collé, pour ne pas qu’on nous raconte sa vie, qu’on nous drague, qu’on s’attache à nous, qu’on nous harcèle, également pour ne pas être amené à rejeter quelqu’un que l’on a approché.
Le programme des douze étapes m’apprend la voie du juste milieu, oser interagir avec l’autre et savoir se protéger de tous les excès. Pour moi, c’est apprendre à prendre congé avec gentillesse et fermeté… de plein de nouveaux amis qui enrichissent ma vie.

Publicités

Une réflexion sur “Oser dire bonjour

  1. Anne

    Merci je m’identifie complètement à ton témoignage. Moi aussi j’ai tendance à me rapprocher des gens en souffrance. Avant je ne savais plus comment m’en « débarrasser » mais maintenant effectivement comme tu le dis, j’arrive à mettre une distance avec amour. Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s