L’un des plus grands obstacles au bien-être émotif est l’apitoiement. L’apitoiement engendre toutes sortes de « troubles » du « Je ».  C’est comme être sur la sellette au centre des projecteurs. C’est la petite blessure que l’on peut laisser s’éterniser de sorte que nous pouvons partager notre peine avec plus de gens. Le temps le plus dur émotivement est celui où nous nous apitoyons sur notre sort à tel point que nous ne pouvons pas voir le monde autour de nous. C’est un brouillard puisque nos yeux sont centrés sur nous-mêmes. Parfois, demander à Dieu* de nous aider en pleine crise est la chose la plus difficile à faire car nos prières peuvent être exaucées et alors, nous devrons poursuivre notre chemin. Nous devrons peut-être changer et nous ne pourrons plus nous apitoyer sur notre sort.

Pensée du jour de « Aujourd’hui seulement » des Emotifs Anonymes

*tel que le je conçois ou « tel que je ne le conçois pas » comme disent les agnostiques engagés dans les 12 Etapes

Publicités

3 réflexions sur “Risquer de devoir arrêter de se plaindre…

  1. je reprends :>

    moi aussi il m’a fallu m’y résoudre : arrêter la plainte… Aujourd’hui je sors d’une session de méditation en groupe. j’y suis allé avec une bonne part d’apitoiement (« pourquoi toujours les mêmes mauvaises surprises ??? ») et de rage contre ces autres qui « m’énervent ». Et puis au milieu de ma méditation est arrivée ma souffrance: enorme , inattendue , comme au premier jour. De l’avoir traversée m’a apaisé. Et pourtant sur le moment j’ai cru que le temps s’arreterait sur ce moment de souffrance pure.
    A la sortie, j’ai le coeur leger : la souffrance fait partie de la vie. l’apitoiement sur soi qui est un des 1000 moyens d’eviter ma souffrance engendre ma mort.

    Merci de m’avoir lu, je passe pour aujourd’hui

    Le Passant anonYme

  2. Cela m’interpelle quand tu parles de ta souffrance « énorme ».
    Ma souffrance à moi est toute petite comme une plainte perpétuelle qui s’exprime ce matin par des larmes en te lisant. C’est normal pour une « force de la nature » qui peut tout supporter.
    Merci de ta visite.

  3. Oui la souffrance fait partie de ma vie.. la mienne et celle des autres aussi. D’aucuns me parlent d’une trop grande perméabilité. Il est possible aussi que cela soit du à l’impossibilité que j’ai à rester dans une bulle.

    je passe pour aujourd’hui,

    Un PASSANT anonyme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s