La quatrième étape suivie d’une sorte de cinquième (avouer à un autre être humain, à mon groupe en l’occurence, la nature exacte de nos torts), m’a propulsée dans la sérénité pendant près de deux mois.

Je suis injuste avec le programme puisque je l’oublie quand tout va bien.

L’appréhension d’une période un peu plus difficile sur le plan professionnel m’a fait renouer avec le programme.

Je lis Melody Beattie (Codependent’s guide to the twelve steps, pas encore traduit en français).

Elle nous suggère de remplacer le terme défauts de caractère par particularités de caractère.

La sixième étape nous dit : « Nous avons pleinement consenti à ce que Dieu (tel que nous le concevons) élimine tout ces défauts de caractères ».

Il suffit de consentir et ça marche : on commence à se rendre compte des particularités de son mode de fonctionnement qui nous empoisonnent la vie.

Ainsi, quand tout va bien, une petite voix angoissante au fond de moi me souffle que, si je réussis trop bien, les gens vont se mettre à me détester…

codépendance douze étapes

Publicités

Une réflexion sur “Echouer pour être aimée…

  1. Quand je suis comme ça, cela m’arrive encore, j’essaie de garder confiance et de me placer sous le regard de ma Puissance Supérieure.
    A ce moment là, lorsque que j’arrive à me souvenir que je suis un enfant de ce Dieu d’Amour, je retrouve ma sérénité…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s